3 mois à Londres…

2002, je suis en 2eme année d’école de gestion et commerce au Mans…et pour répondre au cursus, il faut partir 3 mois en stage à l’étranger afin de valider une expérience à l’international. Je trouve donc un stage rémunéré, à la City en plein cœur de Londres, dans le bureau de représentation du CIC. Mon séjour s’articulera entre ma vie en famille d’accueil, le stage en entreprise et le tourisme.

Le Grand Londres est composé de Inner London et Outer London et compte 7 512 400 habitants. Il réalise 19 % du produit intérieur brut du Royaume-Uni. En Europe, seules les agglomérations de Moscou et Paris ont un poids démographique comparable. Londres est le premier centre financier mondial.

Londres est dynamique et très diverse sur le plan culturel. Elle joue un rôle important dans l’art et dans la mode. C’est aussi une importante destination touristique. Elle reçoit 27 millions de touristes par an et compte quatre sites listés au patrimoine mondial ainsi que de nombreux monuments emblématiques : le Palais de Westminster, le Tower Bridge, la Tour de Londres, l’Abbaye de Westminster, le Palais de Buckingham mais également des institutions telles que le British Museum ou la National Gallery.

I/ La famille d’accueil

Après une arrivée fracassante dans la capitale (cf Lost in London), j’ai enfin mon 1er contact téléphonique avec Mme Nash. Cool ! je suis content qu’elle comprenne ce que je lui raconte. Ici pour améliorer aussi mon anglais, pas évident de se faire comprendre au début, surtout lorsque vos seules compétences en Anglais dépendent du système éducatif Français.Ceux de ma génération comprendront, c’est simple, vous débutez en 6eme et vous faites exactement la même chose jusqu’à la fin du lycée…sans pour autant savoir parler au Bac ! Eh oui, sur des classes de 35 élèves, 2 minutes de conversation par cours à raison de 2 heures par semaine, bah ça ne fait pas beaucoup de pratique au final. Donc ouf, ça se passe bien ! Direction Gants Hill en zone 4 que je nommerai plus tard le quartier des indiens. J’arrive devant chez eux et entre en contact avec eux. Je ne comprend rien, d’une part parcequ’ils sont Anglais et d’autre part parcequ’ils sont d’origine Irlandaise avec  l’accent qui va avec. Je sens que ça va être compliqué ! J’arrive donc devant chez eux, le père de famille assis sur une chaise devant la maison, il a une cinquantaine d’année et se lève avec une lenteur inimaginable. Je découvre ensuite les lieux avec Mme Nash qui regorge d’énergie. C’est elle que je côtoierai principalement, elle est vraiment drôle et sympa. Les Nash ont 4 enfants, 2 filles et 2 garçons de mon âge a peu près, que je ne côtoierai pas beaucoup pour cause qu’ils n’habitent plus dans leur maison. Leurs chambres servent maintenant à héberger des étrangers dont la location est une source de revenu pour eux. Rapidement, je découvre que nous sommes 7 étudiants étrangers, tous de nationalité différente et que la vie dans cette famille est réglée comme une horloge. Allemands, Péruvien, Japonais, Chinois, Français et Russes se côtoient…c’est le choc des cultures mais c’est tellement génial ! Je me souviens de Katoumi, la japonaise, à cause de sa sympathie et de sa taille. Pour schématiser, sœur sourire de 1,45m, toujours contente, tout va bien. Il y a aussi Dean, le Chinois envoyé en Europe pour améliorer son Anglais, avec la pression de la réussite (enfant unique oblige), qui adore manger du Berger Allemand, et qui me faisait manger ses bonbons à la viande (c’est trop dégueulasse, on a l’impression de manger du bois). Il y avait aussi ce péruvien, marié, qui ne sait pas s’il va rentrer un jour chez lui, mais marié quand même, avec une autre petite amie à Londres. Il envoi de l’ argent à sa famille. Il y a aussi cet Allemand, qui un soir trop bourré, s’est endormi dans le train. On l’a retrouvé dans la zone de stockage des wagons. En somme, une famille d’accueil vraiment géniale et un cadre cosmopolite à l’image de la ville de Londres. Miss Nash s’occupait de tout, de mon linge et de mes repas. Alors je découvre la joie des petits déjeuners Anglais. Non vraiment les saucisses à 7h ça ne devenait plus possible alors elle à compris sur la fin que j’avais besoin de manger sucré. Bon à choisir avec ses Witabix, je crois que je serai bien revenu au salé lol. Donc le matin, c’était des œufs, saucisses et 20 minutes de métro pour rejoindre le CIC. Le petit déj toujours à la même heure et Miss Nash habillée toujours pareil, fidèle à sa grande robe noire. Pour la schématiser, plutôt grande, châtain, débordante d’énergie, la cinquantaine et…lavant son sol à la main comme Cosette pendant que son mari regardait la télé, pénard, avec à coté de lui ce petit tabouret sur lequel Miss Nash venait lui servir son diner. L’énergie contre la lenteur. Je me souviens dans les derniers jours de mon séjour ou nous étions en train de regarder la TV. Je l’ai vu soulever la télécommande avec une telle lenteur que je me serai cru en plein ralenti cinématographique. Faut le voir au moins une fois. Tout le monde fixait la télécommande et je pense que nous nous sommes tous dit la même chose « il n’arrivera jamais à changer cette putain de chaine » mdr ! Anyway, comme disait tout le temps Miss Nash, le séjour a vraiment été super agréable même si c’était parfois dure d’être loin de sa petite femme!

II/ Le CIC

Bureau de représentation de cette banque à Londres, le CIC est une banque d’investissement avec une cellule de conseils aux entreprises, chargée notamment de préconiser aux entreprises Françaises de se développer ou pas au Royaume-Uni. Mon travail était de réaliser des études de marchés pour ces entreprises. J’ai donc découvert l’univers de la banque et la culture anglaise, qui dans cet établissement, se résume à du lèche botte et à la courtoisie poussée à son extrême. Donc un peu déçu par cette expérience, en tous cas de ce point de vu là. Je prends donc tous les matins et soirs la centrale line de Gants Hill à Liverpool Street; cette station est à 50 mètres du CIC. Je me souviens de l’ effervescence de la City. Tout le monde marche vite ! comme lorsqu’on descend du train à Montparnasse. Donc vous êtes pris dans cet élan, vous avez le sentiment d’être pressé alors que finalement vous êtes dans le bon timing. Mais c’est comme ça, tout va vite, à commencer par les transactions financières ou l’administration. C’est vrai que c’est plutôt agréable de ne plus subir les procédures de nos établissements publiques et la lenteur administrative qui va avec. Alors tout le monde marche vite, même les personnes âgées. Je me souviens même d’une fois ou une petite grand-mère marchait limite plus vite que moi, moi déjà si speed à l’origine. J’en rigole encore. En tous cas, j’ai apprécié le métro Londonien, souvent en panne, mais beaucoup mieux organisé que celui de Paris ou parfois, trouver sa direction est un véritable jeu de cache cache avec les pancartes. Speed, c’est aussi leur manière de parler, surtout quand vous ne comprenez pas au début, vous avez l’impression que les mots défilent. Je me revois encore à la Barclays pour ouvrir un compte en banque…le mec ne m’a pas raté ! mdr ! j’ai rien compris et suis repartis avec mes brochures lol. Néanmoins dans tous cela, j’en garde un bon souvenir du fait d’une immersion totale qui m’a permis d’appréhender le mode de vie anglais au travers de l’entreprise, la vie de famille et les services publiques (ou privés).

III/ LE TOURISME

Bien évidemment j’ai visité la ville, avec les moyens que j’avais à l’époque, et reviens en France avec le sentiment d’avoir fais pleins de choses, au travers des sorties dans les pubs, les rencontres avec d’autres Français, les parcs, les musées, le marché de Paddington et autres activités (Tower Bridge, la Tour de Londres, l’Abbaye de Westminster, le Palais de Buckingham, British Museum, National Gallery, Madame Tusseau Museum…)

Je me souviens des vendeurs de marrons grillés à proximité de Tower Bridge et de cette route qui se soulève pour le passage des bateauxsur la Tamise, de l’empreinte historique du Tower of London, de la levée de la garde à Buckingham, de l’immensité du Bristish Museum, du concert du Jubilé de la Reine et du Madame Tusseau Museum. Pour ce dernier, et pour l’ anecdote, il m’est arrivé de vouloir une info. Alors je me dirige vers quelqu’un sans vraiment arriver à savoir de loin s’il s’agit d’un être humain ou d’une statue ! Arrivé à 2 mètres…eh bien pas de bol ! Mon passage au marché de Paddington sera également un bon souvenir puisque je me suis retrouvé avec des punk, et moi habillé avec le costard de la semaine. Comme quoi les codes vestimentaires !!! Et puis il y a tous ces parcs, dont Hyde Park pour le plus connu des parcs royaux, qui s’étend sur plus de 2 km. Un vrai poumon d’oxygène au cœur de Londres.

Ami aventurier, voyageur, baroudeur et routard, profites un max de tes voyages !  LE GLOBE TROTTEUR TE SOUHAITE BONNE ROUTE ! Anthony C.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s